L’évolution démographique récente de la France : situations et comportements des mineurs

Le 1er janvier 2020, la France comptait un peu plus de 67 millions d’habitants dont 14,4 millions avaient moins de 18 ans. Le nombre de naissances (754 000) continue de baisser et le nombre de décès (612 000) d’augmenter. Le solde naturel demeure le principal moteur de l’accroissement démographique. Le flux d’entrées d’étrangers originaires de pays tiers s’accroît (+ 4,9 % par rapport à 2017, 249 474 personnes en 2018). Un entrant sur dix est mineur. L’indice conjoncturel de fécondité est quasi stable (1,87 enfant par femme en 2019) et l’âge moyen à la maternité continue d’augmenter. Parmi les naissances, 0,5 % sont issues de mères mineures. Le nombre d’IVG (230 000) et l’indice conjoncturel d’IVG (0,58) sont en légère hausse en 2019. Le nombre d’IVG de femmes mineures poursuit en revanche sa baisse et représente désormais 3,5 % des IVG en 2019. Le nombre de mariages (235 000) et le nombre de pacs (209 000) ont augmenté en 2018, toutefois l’écart entre eux s’est encore amenuisé. Les mariages sont toujours plus tardifs en France (35,4 ans pour les femmes et 37,9 ans pour les hommes). En 2018, 2,6 % des mariages sont célébrés entre personnes de même sexe et 4,1 % des pacs. Les remariages sont de plus en plus rares après un divorce ou un veuvage et, en moyenne, les divorces concernent moins d’un enfant mineur (0,91). Enfin, l’espérance de vie progresse encore mais à un rythme ralenti. Elle atteint 79,7 ans pour les hommes et 85,6 ans pour les femmes. La mortalité avant 15 ans est très faible et ces décès sont concentrés dans la première année de vie. La mortalité infantile ne diminue plus en France depuis près de 10 ans, contrairement à de nombreux autres pays européens.

Source : INED
Publication : Conjoncture démographique 2020