Bénéficiaires de minima sociaux : un état de santé général et psychologique dégradé

Fin 2018, 29% des bénéficiaires de minima sociaux se déclarent en mauvais ou en très mauvais état de santé, 58% ont au moins une maladie chronique et 28% sont fortement limités à cause d’un problème de santé dans les activités que les gens font habituellement, ce qui caractérise une situation de handicap. Leur état de santé est moins bon que celui de l’ensemble de la population. Leur bien-être psychologique est également plus dégradé: 26% présentent un risque de dépression contre 10% des actifs occupés. Compte tenu de leur handicap et de leur âge, les bénéficiaires de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) et ceux du minimum vieillesse sont en moins bon état de santé et présentent plus souvent un risque de dépression que les autres. À caractéristiques comparables, l’âge, le fait de se sentir seulet d’être pauvre en conditions de vie sont associés à un moins bon état de santé et à un moindre bien-être psychologique des bénéficiaires de minima sociaux. Les bénéficiaires de la prime d’activité ont, eux, un bien meilleur état de santé et de bien-être psychologique que les bénéficiaires de minima sociaux. Leur situation s’avère très proche de celle de l’ensemble de la population.

Source : Drees

Publication : Études & Résultats, No 1194, juin 2020